La gueule du rhinocéros

La gueule du rhinocéros - rhinoceros.world

Autant que les témoins s’en rappellent et que les chroniques le relatent, le regard de la bête était très “humain”. Autour de ce regard, il fallait construire une gueule au rhinocéros.

Il n’y a aucune chance pour que Dürer ait eu connaissance des richesses et de la magnificence de l’art asiatique en général et de l’art Sumatra en particulier.

Peut-être est-il temps de remettre de l’art premier dans l’image charismatique de la Renaissance européenne ?

À la géométrie de la cotte de mailles, sorte de dentelle mécanique, géométrie tissée et translucide, tel un motif d’un tissu de la Renaissance italienne. Il faut ajouter les traits de l’animal. En nous inspirant des tracés géométriques de l’art des Bataks d’Indonésie (Nord de Sumatra). Les traits de l’animal esquissés par Dürer sont renforcés sur l’amure frontale afin qu’émerge la gueule du rhinocéros.

Cette construction sera imprimée en 3D. De nombreuses modifications devront renforcer les contours des plaques, fragilisées par les motifs émiettés. Les tracés seront transformés en fileur, champ vif, d’un millimètre de largeur et 1 millimètre de profondeur. Animisme et géométrie seront intimement liés.

La gueule du rhinocéros – animisme et géométrie