La 3d comme principe de fabrication

« Le Design est la réponse à une question particulière. On vous donne un problème à résoudre et ensuite, vous laissez le problème lui-même vous donner votre solution »  Chip Kidd

Une fois le projet “rhinocéros” rêvé,  je me suis rappeler la phrase de Walt Disney  : “ce que tu peux rêver, tu peux le faire”. J’ai gribouillé mon rhinocéros en 3d et je l’ai confronté aux contraintes des métiers du verre, de l’acier et du bois.

Autant dire que cette expérience de pensée a eu de nombreux ratés. Cent fois j’ai dessiné le rhinocéros, cents fois j’ai recommencé.

Il n’empêche qu’un chemin s’est tracé. Une méthodologie que je n’avais pas du tout envisagé. Le rendu 3d réaliste, en quelque sorte la photographie de l’objet, est devenu le cahier des charges de la conception et de la fabrication de l’objet.

Le processus et complètement inversé. Pas besoin de citer Platon : “le beau est la splendeur du vrai”. Le rendu 3d réaliste n’est plus la promesse d’un résultat, c’est la contrainte irréductible des processus de fabrications et de l’adéquation des choix technologiques.

Du rendu 3d on déduit les matières, les dimensions, les textures et les structures. Le rendu 3d préside à l’agencement, au montage, à la vie de l’objet.

Au bout du processus, la 3d réaliste impose son processus : “La fin justifie les moyens”